Ma prise de conscience sur les cosmétiques

Cela fait plus d’un an que j’essaie d’utiliser des produits de soin bio en ce qui concerne le visage : démaquillant, crème hydratante, nettoyant, tous mes produits « conventionnels » ont été remplacés. Je me suis mise à acheter Sanoflore, Melvita, Cattier, etc (je vous parle d’ailleurs de routines naturelles ici et )

Pour le corps et les cheveux, je continuais à utiliser des produits conventionnels, de pleins de marques différentes : Garnier, Dop, The Body Shop, Aussie… Je privilégiais l’expérience sensorielle concernant les gels douches et lotions hydratantes, et les promesses capillaires pour les shampoings et après-shampoings. J’avais conscience que ce qu’il y avait dedans n’était pas forcément « bon » ou « naturel », notamment grâce à ma lecture de certains blogs qui rejettent ce genre de produits. Mais je pensais que c’était moins grave d’utiliser ce genre de produits sur mon corps et mes cheveux que sur mon visage.

Et pour tout vous dire, je pensais que c’était trop compliqué d’apprendre à décrypter les compositions des cosmétiques. Que c’était réservé aux pointilleuses, aux filles vraiment impliquées dans le bio et le green lifestyle en général. Je n’essayais même pas, peut-être plus par flemme que par total désintérêt.

Oui, mais. J’ai récemment obtenu un stage au sein d’une marque de produits bio : je ne commence qu’en juillet, mais ça m’a donné envie de m’intéresser à ce genre de problématique. Par curiosité, j’ai commencé à analyser les compositions de mes shampoings Aussie et Timotei à l’aide du site La vérité sur les cosmétiques. Eh bien, surprise : on retrouve dans presque tous les shampoings du Sodium Lauryl Sulfate, et du Sodium Laureth Sulfate, qui sont des agents irritants et pire encore. oOlution a d’ailleurs écrit un article très complet sur les dangers que représentent les sulfates, et ça fait froid dans le dos ! J’ai vérifié aussi mes gels douche Dop et Le Petit Marseillais : au moins l’un de ces agents est présent à chaque fois.

cosmetique-bio

La différence de contenu entre les cométiques conventionnels et les cosmétiques bio, selon le site BcomBio

Je me suis ainsi mise à vérifier chaque ingrédient de mes gels douche et crèmes pour le corps, en prenant des notes, toujours à l’aide du site La vérité sur les cosmétiques. Le bilan est effarant : même les produits proclamant haut et fort être sans parabens, colorants et conservateurs, sont bourrés d’autres ingrédients aussi peu ragoûtants ! L’une de mes crèmes pour le corps, censée lui apporter hydratation, contenait un ingrédient nocif pour la peau ! Je ne vais pas parler non plus de la pétrochimie, ou encore des agents polluants. Tous ces ingrédients sont non seulement mauvais pour la peau, mais aussi mauvais pour notre santé et l’environnement.

On nous dit d’économiser l’essence ou l’électricité pour limiter la pollution, mais on ne nous parle jamais de ce qu’il y a dans nos propres gels douche. Et pendant ce temps à la télé, les marques comme L’Oréal ou Mixa nous vantent leurs produits soi-disant élaborés « dans le respect de notre peau »… Même les produits de pharmacie qu’on paye plus cher,  ou qui se donnent une image naturelle, comme Nuxe ou Klorane, n’ont pas des compositions parfaites. Même certains produits bio présentent des sulfates, comme l’Ammonium Lauryl Sulfate !

DSCN0822.JPG

Pour celles qui veulent commencer elles aussi à lire les listes INCI, je vous propose quelques petits conseils qui m’aident personnellement à mieux comprendre les compositions :

  • J’écris dans un carnet les ingrédients que je lis sur mes produits avec leur niveau de nocivité ou au contraire s’ils sont bons pour la peau ! Toujours en me référant au site La vérité sur les cosmétiques. Ça me permet de les mémoriser mais aussi de checker rapidement quand je fais mes achats ! J’ai commencé à les écrire dans le désordre, mais si vous le faites dans un répertoire par ordre alphabétique ce sera encore plus pratique 😉
  • Certains ingrédients nocifs sont facilement reconnaissables dans les compos : si vous lisez « Sodium Lauryl/Laureth Sulfate », « PEG », « PPG », « BHT », « TEA », « Ceteareth » ou « EDTA » (cette liste est bien sûr non exhaustive), fuyez ! (Il y a également une liste très bien faite de 14 ingrédients à éviter sur Gala’s Blog, je vous encourage vivement à le lire !)
  • Repérez les certifications  : certains produits proclameront être naturels ou à base de tel ingrédient bio, mais dans les produits conventionnels, ces ingrédients sont  souvent en fin de liste… Préférez les produits certifiés bio et/ou naturels : leurs exigences sont plus ou moins élevées, à vous de choisir ce qui vous convient le mieux.
  • Procédez par étapes : inutile de vous surcharger d’informations, commencez par analyser vos produits visage, puis ceux pour le corps, puis les cheveux, etc. Pour ma part je commence seulement à remplacer mes gels douche et mes shampoings. Je m’attaquerai aux ingrédients de maquillage plus tard !

Je n’ai pas la prétention d’affirmer que je suis devenue une pro des listes INCI. Je ne veux d’ailleurs faire la leçon à personne, juste partager mon expérience et ma décision, moi qui consommais pourtant facilement les cosmétiques conventionnels. Je commence tout juste à m’y intéresser alors je peux encore faire des erreurs. Mais ce qui m’importe, c’est de limiter les dégâts et de faire attention désormais. Pour ma peau, pour ma santé, et pour l’environnement.

 Et vous, vous utilisez des cosmétiques bio ou naturels ?

Publicités