S’installer à Londres : To-Do List

Hello les girls !

Ça y est, après beaucoup de réflexion je publie enfin mon premier article sur ma vie londonienne ! Car oui, comme je vous l’ai dit récemment, j’ai emménagé à Londres début mai pour réaliser un stage de 6 mois dans le cadre de mes études ! Et une fois l’euphorie de mon départ passée, j’ai dû faire face à la réalité ainsi qu’à un certain nombre de démarches plus ou moins faciles pour achever mon installation… Cela fait trois semaines que je suis ici, et je finis seulement de tout mettre en place ! Alors pour vous épargner les galères que je me suis tapées, je partage avec vous mes petits conseils pour que votre installation se passe au mieux !

Voici les 5 points les plus urgents selon moi :

london big ben eye

1. Trouver un appartement.

Ben oui, ça paraît évident dit comme ça, mais en vrai ça ne l’est pas du tout ! En effet, Londres est une ville extrêmement chère (beaucoup plus chère que Paris) et réputée pour ses arnaques immobilières. Il faut donc avoir des moyens pour se lancer, puisqu’il y a toujours une caution à fournir le jour de l’emménagement (pour moi c’était l’équivalent de 500€, ce qui est encore peu comparé à d’autres) ; et surtout n’envoyez jamais d’argent pour réserver un appartement si vous ne l’avez pas visité, car vous ne pouvez parfois vous fier ni aux photos, ni aux agences. Le mieux est donc de pouvoir venir à Londres avant votre installation pour visiter (je vous conseille notamment le site SpareRoom pour vous aider dans votre recherche), mais ce n’est pas possible pour tout le monde.

Plusieurs solutions s’offrent à vous : soit vous avez des amis ou de la famille chez qui vous pouvez loger en attendant de trouver une chambre ; soit vous n’avez peur de rien et allez en auberge de jeunesse, une solution pas chère mais très inconfortable.

Personnellement je n’ai fait ni l’un ni l’autre : je me suis fiée au conseil du Guide du Routard et suis passée par Travel Solutions Phileas Frog, une agence basée à Paris qui se charge de trouver des logements relativement proches du centre de Londres pour les étudiants français. On peut les contacter par mail ou par téléphone, ils sont plutôt réactifs, par contre vous n’aurez ni photos ni détails de l’endroit où vous logerez, c’est la surprise totale ! Je me suis retrouvée donc dans une coloc de 6 personnes en zone 2, dans un quartier résidentiel certes joli, mais l’appartement est spartiate, il n’y a pas de salon et il n’y a qu’une salle de bains pour tout le monde. Je paye 700 livres par mois, charges incluses, et il y a des frais supplémentaires pour avoir accès à la Wifi ou à la machine à laver… Ce n’est donc pas l’idéal, mais c’est bien pour commencer, surtout que le préavis n’est que de 2 semaines, donc si je choisis de partir, je peux le faire rapidement ! Et puis je suis à cinq minutes à pied de la station de métro, et à 20 minutes de mon boulot, donc c’est quand même pratique.

2. Ouvrir un compte en banque.

Si vous n’avez pas de carte bancaire internationale, c’est nécessaire ; et si vous avez un job au Royaume-Uni, vous êtes obligé d’ouvrir un compte local pour recevoir votre salaire. On m’a dit beaucoup de bien de Lloyds Banks, où il est apparemment très simple d’ouvrir un compte. Pour ma part, je suis allée à HSBC, et ça a été très compliqué : il m’a fallu prendre rendez-vous, remplir des papiers, fournir un justificatif de logement à Londres (mon contrat de location) ainsi qu’une lettre de mon employeur attestant que j’ai bien un job et un revenu. Comme vous le voyez, ça ne rigole pas ! Une fois tous les papiers fournis, vous recevez votre numéro de compte et votre carte est envoyée chez vous dans les 5 jours (pour moi ça n’a pris que 2 jours). Si vous voulez transférer de l’argent de votre compte en France à votre compte britannique, ça peut prendre entre 2 et 4 jours, prévoyez donc du cash avant de venir à Londres ! Ensuite, il faut activer votre carte, soit par téléphone, soit par internet ! Je suis passée par Internet, et ça a été interminable, il m’a fallu télécharger l’appli HSBC et utiliser une dizaine de mots de passe… J’ai dit ouf une fois que c’était fini !

3. Prendre une carte de métro.

Impossible de se balader à Londres sans prendre le métro, la ville est bien trop étendue ! Il faut donc dès votre arrivée prendre une Oyster Card qui coûte 5£ (remboursable quand vous rendez la carte) et est rechargeable à volonté (on appelle ça le top up) : vous pouvez soit mettre entre 5 et 100 livres dessus, soit prendre un pass hebdomadaire ou mensuel qui vous reviendra moins cher. Car le métro est aussi beaucoup plus cher qu’à Paris ! Par exemple, rien que pour faire l’aller-retour entre mon appartement en zone 2 jusqu’à mon lieu de travail en zone 1, je paye entre 4,60£ et 5,80£ par jour, soit 6€ à 7,50€ !

4. Acheter une carte SIM.

Je ne peux bien évidemment pas vivre sans téléphone, et j’imagine que vous non plus ! J’ai donc vite fait été m’acheter une carte SIM anglaise pour pouvoir la glisser dans mon téléphone. Je suis d’abord allée chez l’opérateur EE, qui est partenaire avec Orange, mais leurs tarifs sont bien trop élevés à mon goût : en effet, ils m’ont proposé un forfait SMS illimités, 2 heures d’appel et 250 mégas d’internet pour 13£ par mois ! Ça ne m’allait pas du tout, surtout que ce que je voulais le plus, c’est avoir Internet pour pouvoir communiquer à l’étranger (merci Facebook, Skype et Whatsapp !) sans passer nécessairement par la Wifi. Sur conseil de mes colocataires, je me suis finalement tournée vers l’opérateur Three : chez eux, on peut payer par cash, et pour 15£ par mois j’ai droit à 3000 SMS, 2h d’appel et Internet illimité (ils appellent ça « all-you-can-eat data »), ce que je trouve bien plus avantageux !

5. Obtenir un National Insurance Number.

Si vous êtes salarié au Royaume-Uni, vous devez absolument obtenir ce numéro, d’abord car la loi l’exige, ensuite si vous ne le faites pas vous paierez de lourdes taxes… Aucun intérêt donc ! Ce qu’il faut faire, c’est d’abord appeler le JobCentre. Vous demandez le service « National Number Application », puis vous serez mis en relation avec un conseiller qui vous demandera votre prénom, nom, date de naissance, nationalité, votre adresse au Royaume-Uni, la raison pour laquelle vous désirez un National Insurance Number… À la fin, il vous donnera un numéro de référence de votre dossier (préparez-vous à le prendre en note !) ainsi qu’un horaire de rendez-vous pour le lendemain dans l’un des centres JobCentre Plus de la ville. Personnellement j’ai appelé la veille d’un de mes jours de congé, et j’ai eu mon interview dès le lendemain à 11h45. Lors de l’interview, qui au total a duré environ 45 minutes, j’ai dû présenter une pièce d’identité, ma carte vitale française, mon contrat de location à Londres et une lettre de mon employeur certifiant que j’avais un contrat rémunéré. On m’a ensuite demandé des informations sur moi, mon statut (marié ou célibataire)… Ensuite j’ai dû patienter encore cinq minutes le temps qu’ils photocopient mon passeport, et on m’a donné un papier certifiant que j’avais fait une demande de National Insurance Number, et que je devrais recevoir la réponse d’ici 4 semaines à mon adresse postale à Londres. Une fois que j’aurai le numéro, je devrai le donner à mon responsable de stage.

red bus london

Voilà, vous avez maintenant les bases pour venir vivre à Londres !

Comme vous le voyez, je n’évoque pas les moyens de trouver un stage ou un job une fois sur place, parce que pour moi il était tout simplement impensable de partir sans avoir déjà trouvé un emploi ! Après je ne vous juge pas si vous préférez faire comme ça, chacun son organisation 😉 Mon dernier conseil avant de boucler votre valise… est de ne pas oublier votre parapluie ! C’est une erreur que j’ai commise et que je regrette amèrement haha !

Keep calm and enjoy 🙂

(Images trouvées sur Google Images)

Publicités